La télomérase

La télomérase : Remède anti-âge

En 2009, des chercheurs américains ont identifié une enzyme de type transcriptase appelée télomérase. Cette dernière permet de conserver les chromosomes intacts afin de repousser la mort cellulaire, et par conséquent, la vieillesse. Dans ce cas, est-il possible que la télomérase soit un remède anti-âge efficace ? Les réponses dans les lignes suivantes.

Comprendre les télomères

Dans chaque organisme se trouve des brins d’ADN avec les chromosomes et les informations sur les gènes de chaque personne. Chaque double de ces brins d’ADN dispose d’un télomère placé à leur extrémité. En d’autres termes, les télomères sont des couvercles qui protègent les hélices d’ADN.

Or, dans le cadre du renouvellement de tissus, les cellules se divisent en permanence et donnent naissance à de nouvelles cellules. Toutefois, à chaque division cellulaire, la reproduction des extrémités des chromosomes n’est pas achevée convenablement. Ce qui détruit petit à petit les télomères protecteurs.

Sans les télomères, la détérioration des chromosomes se fait aussi rapidement lors des divisions cellulaires. C’est ainsi que commence la sénescence des cellules, jusqu’à son auto destruction. Cela va avec l’âge, et à force de se détruire progressivement, la régénération de certaines cellules ne sera plus envisageable. À noter que les cellules humaines se régénèrent après 50 à 70 divisons maximum.

La télomérase, quant à elle, est une enzyme qui est capable de réparer les télomères.

Comment la télomérase peut-elle lutter contre le vieillissement ?

L’enzyme de télomérase est secrété par l’organisme pour freiner le processus de détérioration des cellules. Il a été prouvé par plusieurs études scientifiques que les activités de la télomérase et des télomères sont étroitement liées.

Il faut comprendre que la télomérase est une cellule très active dans les cellules immortelles, mais elle n’est active dans l’ensemble des cellules que pendant le stade embryonnaire de l’homme. Une fois adulte, ses activités se limitent dans des cellules souches, germinales ou sanguines. Cependant, il est possible que ces cellules souches puissent se transformer en d’autres types de cellules pour n’importe quel tissu du corps. C’est-à-dire qu’elles sont susceptibles de reproduire plus de division cellulaire que d’autres cellules. Pour qu’elle puisse agir sur des cellules plus variées, il faut réactiver la télomérase.

Néanmoins, il faut noter que sa présence sur certaines cellules pourrait les rendre cancéreuses. Ce qui signifie que l’étude sur sa capacité à retarder le vieillissement est bien avéré, mais en aucun cas, il ne s’agit d’une possibilité d’immortalité ou de longévité illimité.

Comment réactiver la télomérase et/ou protéger les télomères ?

Il est donc clair que la télomérase peut retarder le vieillissement des cellules, mais il faut d’abord la réactiver. Pour tester, les chercheurs ont injecté une substance permettant la réactivation de la fabrication de télomérase chez des souris. Les tests ont été positifs, ce qui signifie qu’ils ont remarqué une augmentation de la durée de vie des souris testées.

Chez les humains, il existe quelques substances approuvées comme ré activateurs de télomérase. Dans ce cadre, on cite :

– l’aspirine à faible dose qui protège des cellules permettant de réactiver la télomérase ;

– l’astragale, une plante avec des composants activateurs de télomérase. D’ailleurs, cette plante asiatique a été utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique depuis longtemps pour revitaliser les guerriers ou les malades. Selon la croyance, elle apporte l’énergie vitale nécessaire à l’homme et stimule le système immunitaire ;

– la silymarine : extraite du charbon marie, elle est efficace pour protéger les cellules du foie qui sont liées à l’activation de télomérase.

Sinon, pour protéger les télomères, il est conseillé de manger des produits riches en oméga 3 (le pourpier par exemple). Le thé vert, la ginko biloba, la L-carnosine, et bien d’autres plantes revitalisantes sont aussi conseillées.

Par ailleurs, l’hygiène de vie peut également protéger les télomères. Il ne s’agit pas d’allonger leur durée de vie, mais de ralentir leur raccourcissement à chaque division. Pour rappel, une bonne hygiène de vie consiste à une alimentation équilibrée, des exercices physiques de temps en temps, et des activités de détente (massage, yoga,méditation, etc.).