créer une entreprise

Sasu ou auto-entrepreneur : quel statut choisir pour créer une entreprise ?

Le secteur de l’emploi est en plein déclin depuis de nombreuses années. Outre la saturation du marché, la disparition de certaines professions et la haute compétitivité, les arguments ne manquent pas pour justifier le chômage généralisé. Au regard de ce constat alarmant, une alternative est fortement préconisée : l’auto entreprenariat. Bien que créer une sasu soit d’un bon conseil, il ne serait pas avisé de s’engager dans une telle entreprise sans être convenablement renseigné. D’ailleurs, pour monter son activité, il est primordial de savoir définir le statut approprié à son projet. Si vous aspirez à devenir un auto entrepreneur ou sasu et que vous n’êtes pas certain de connaître le régime idéal à votre business, nous vous apportons tous les outils d’analyse.

Comprendre le statut de sasu ou auto entrepreneur

Le statut d’autoentrepreneur encore appelé micro entrepreneur est une option simplifiée pour entreprendre sans avoir besoin de connaissances avancées dans le domaine de l’entrepreneuriat. S’il est vrai que l’entreprise vise à réaliser des profits, il faudrait aussi reconnaître que l’entrepreneur en attend également une rémunération. Dans cet ordre d’idée, le micro entrepreneur a la latitude absolue de s’attribuer le salaire qu’il lui convient dans les limites de la pérennisation de son entreprise. Il est surtout obligé de verser une cotisation à la sécurité sociale dont le montant est fonction du type de son activité. La sasu (société par actions simplifiée unipersonnelle) est une innovation qui permet à un associé unique de constituer sa société et d’y intégrer progressivement d’autres associés en fonction des fluctuations. Il peut s’attribuer la gérance ou la déléguer à un tiers. En qualité d’associé unique, il est libre d’accorder ou non une rémunération au gérant. Dans le cas où son rôle se confondrait à la gérance, il ne perçoit que les dividendes s’il y a lieu. Obtenez plus d’informations sur www.digidom.pro.

Les formalités à accomplir en qualité d’auto entrepreneur ou sasu

Pour créer une entreprise, vous avez la liberté de choisir le statut qui vous convient. D’ores et déjà, il est important de noter que les procédures administratives pour créer une sasu sont un peu plus complexes que celles relatives à la micro entreprise. En effet, l’auto entrepreneur peut être enregistré sur simple déclaration de son activité au centre de formalités des entreprises. Cette déclaration ne nécessite aucun frais et aboutit à la délivrance d’un numéro SIREN unique. Il va sans dire que cette déclaration vaut titre et droit auprès de toutes les administrations professionnelles et fiscales. Par contre, concernant les formalités relatives à la création d’une sasu, les démarches requièrent la rédaction de statuts et la mise en place d’un budget consacré aux formalités.

Choisir le statut sasu ou auto entrepreneur en fonction du régime fiscal

L’entreprise est fondamentalement mue par la recherche de profit. Évoquer le profit fait allusion aux impôts. En la matière, la définition de l’assiette est fonction du statut de base pour lequel vous avez opté. Tout particulièrement, si vous êtes une sasu, il existe des avantages certains sur le plan fiscal notamment celui de réduire votre base imposable sur laquelle seront calculés les impôts. En effet, contrairement à l’auto entrepreneur, la loi autorise la société par actions à déduire les charges du chiffre d’affaires réalisé. Par contre, l’auto entrepreneur est soumis à des exigences fiscales plus rigides. Il est obligé de déclarer le chiffre d’affaires réalisé auquel est appliqué le prélèvement correspondant à l’impôt sur le revenu. Toutefois, l’auto entrepreneur bénéficie aussi de dispositions favorables en matière de TVA. Dans la mesure où il n’excède pas les fourchettes de TVA ou qu’il n’opte pas de plein gré pour le régime du réel, alors il ne collecte ni ne reverse la TVA à l’administration fiscale. Sur le marché, cette disposition fiscale a de gros avantages puisqu’il permet à l’entrepreneur optant pour ce statut de pratiquer des prix de vente plus bas que celui affiché par les concurrents.

Auto entrepreneur ou sasu, les obligations comptables

Pour éviter une mauvaise gestion financière, il est indispensable de connaître ses obligations comptables. La comptabilité se tient différemment selon qu’il s’agit d’associé unique ou d’une entreprise personnelle. La société par actions simplifiée unipersonnelle est régie par des exigences comptables strictes qui imposent la tenue d’une comptabilité régulière et la tenue d’un inventaire. De plus, le compte de résultat et le bilan en fin d’exercice doivent être soigneusement établis par le comptable de la société. Sur le plan financier, l’auto entrepreneur est beaucoup plus libre de gérer son patrimoine. Néanmoins, il lui est fait obligation de tenir à jour un cahier des recettes et des dépenses afin de justifier sur la base des pièces justificatives, son bénéfice en fin d’exercice.