Assurer une moto

Comment assurer une moto après suspensions ?

La préfecture a suspendu votre permis pour alcoolémie ? C’est là une situation bien fâcheuse qui vous empêchera certainement de conduire pendant un moment.

Vous risquez aussi d’avoir quelques soucis avec votre assureur. Celui-ci pourrait par exemple vous faire payer une somme assez conséquente ou tout simplement résilier votre contrat. Dans ce dernier cas, votre défi sera de trouver un assureur disposé à prendre en charge votre véhicule.

Malheureusement, il n’est pas toujours évident de trouver facilement un tel assureur. Que faire donc et comment procéder ? On vous dit tout ici.

Les conséquences d’une suspension de permis pour alcoolémie

Avant toute chose, il faut déjà bien comprendre les conséquences de la situation dans laquelle vous vous trouvez. La suspension de permis est un retrait temporaire du permis de conduire. Elle est généralement due à l’ivresse, aux stupéfiants ou à l’excès de vitesse.

Pour alcoolémie, cette suspension a pour conséquence immédiate la suspension de la garantie légale par la compagnie d’assurance. Elle peut aussi augmenter les primes sur les cotisations d’assurance.

En clair, il s’agit d’une augmentation de la prime d’assurance sur la durée de suspension. Ainsi, la surprime peut varier de 50 à 100 % selon la durée de suspension. D’ailleurs, en vous rendant vous trouverez sur assurance-auto-stupefiant-alcoolemie-retrait-permis.com vous trouverez une très bonne assurance suspension de permis.

Par ailleurs, la suspension de permis entraîne une résiliation de contrat par l’assureur. En effet, elle augmente les risques de l’assureur. Ce dernier donc choisir de faire payer plus le conducteur ou de résilier purement et simplement son contrat.

Cette dernière option oblige le conducteur à trouver une autre compagnie d’assurance parce que la loi exige que toutes les voitures (même à l’arrêt) disposent d’une assurance. L’assurance moto après suspension de permis pour alcoolémie est une nécessité.

Du coup, il devient difficile de trouver une assurance capable de couvrir un véhicule parce que la résiliation implique l’inscription sur le registre des résiliés. Dès lors, toutes les compagnies d’assurances sauront que l’individu concerné est un client à risque.

Penser à prévenir son assureur

Après une suspension de permis, la première chose à faire est de prévenir son assureur. Le conducteur dispose d’une période de 15 jours pour prévenir son assureur par courrier accusé de réception. Notez qu’il faudra joindre au courrier, la notification de la suspension, la copie de la carte grise et la notification de la condamnation (alcoolémie).

Cette étape est essentielle parce qu’elle notifie à la compagnie d’assurance l’état du véhicule et les démarches à entreprendre. Son non-respect constitue une fraude et peut entraîner des poursuites judiciaires.

Choisir un nouvel assureur auto

Trouver un assureur après une suspension de permis est une tâche périlleuse. Heureusement, des solutions palliatives permettent aux conducteurs de profiter des avantages d’une assurance.

Opter pour les assureurs spécialisés

Il est essentiel de prendre une assurance moto après une suspension de permis pour alcoolémie. Les assureurs spécialisés sont des compagnies d’assurances spécialistes des contrats résiliés. Elles proposent une protection pour les véhicules à l’arrêt ou qui ont des problèmes administratifs. Bien que leurs services soient onéreux, elles offrent la possibilité de protéger les véhicules et de respecter la loi qui contraint les autos à avoir une assurance.

Ces assureurs spécialisés offrent parfois une assistance complète, des formules personnalisables au niveau de la couverture, ainsi qu’un grand choix de garanties. Le choix de son assureur ne doit donc souffrir d’aucune approximation. À ce titre, s’il y a des doutes sur le contrat proposé, il est possible de faire appel à un courtier en assurance afin d’obtenir le meilleur contrat d’assurance possible.

En outre, des comparateurs d’assurance auto permettent d’évaluer les offres de couverture proposées afin d’effectuer un choix éclairé.

Opter pour à l’assurance au tiers

L’article L211-1 du code des assurances oblige tous les propriétaires de véhicules de deux, trois ou quatre roues à avoir une assurance avant usage. Il en est de même pour les véhicules à l’arrêt. En cas de suspension de permis, il est possible de faire recours à l’assurance au tiers.

L’assurance au tiers est une forme d’assurance qui consiste à mettre la carte grise d’une voiture au nom d’une autre personne qui prendra en charge l’assurance de celle-ci. Cette assurance ne couvre que les dommages subis par le « tiers ». Il s’agira donc de choisir une personne de confiance.

Toutefois, il est impératif d’informer la compagnie d’assurance avant d’enclencher cette manœuvre. Cette dernière se réserve le droit de refuser ou de donner son approbation.

Essayer le Bureau Central de Tarification (BCT)

Face au refus répété des compagnies d’assurances, il est possible de contacter le bureau central de tarification.

Le bureau central de tarification est un organisme qui a pour rôle de fixer une prime qui oblige une compagnie d’assurance désignée à prendre en charge les risques qui lui sont proposés. En clair, cet organisme fixe pour chaque conducteur résilié, un montant de cotisation pour sa couverture. Ensuite, il contraint une compagnie d’assurance à garantir le conducteur en appliquant ce tarif.

Par ailleurs, il faut savoir que pour bénéficier de l’aide de cet organisme, il est nécessaire de justifier au moins deux refus de compagnies d’assurances auto.

Faire les démarches pour récupérer son permis de conduire

La suspension du permis empêche le conducteur de rouler pendant une certaine période. En général, cette période varie de trois à six mois. Néanmoins, elle peut aller jusqu’à 5 ans pour les procédures judiciaires. En cas de récidive, la période de suspension de permis peut aller jusqu’à 10 ans.

Pour la suspension de trois mois, il suffira de passer un contrôle médical. Le permis sera rendu si le résultat est favorable. Pour celui de six mois, la rédemption passera par un test psychotechnique ainsi qu’un stage de récupération de point. Il faut retenir qu’il faudra passer des tests d’aptitudes afin de récupérer son permis de conduire.

Enfin, il faut savoir que la suspension de permis est différente de l’annulation du permis de conduire. Pour ce dernier, il faudra entamer d’autres procédures avec les compagnies d’assurances et passer à nouveau le permis de conduire.

Vous savez désormais tout sur l’assurance en cas de suspension de permis. La suspension de permis entraîne dans 95 % de cas la résiliation du contrat par la compagnie d’assurance. S’assurer après une suspension de permis pour alcoolémie est indispensable pour se protéger d’éventuels dangers.

Il est donc conseillé d’aller vers les compagnies d’assurances spécialisées ou de faire recours à l’assurance par tiers. En cas d’échec de ces procédures, il est recommandé de se rapprocher du Bureau Central de tarification (BCT) afin de bénéficier de la garantie d’une compagnie d’assurance contre des cotisations plus élevées.