vente de bois de chauffage

Comment choisir son bois de chauffage ?

En matière de chauffage domestique, le bois fait partie des combustibles les plus utilisés, ceci, en raison des nombreux avantages qui lui sont associés. Cependant, tous les bois ne servent pas à faire du chauffage. Alors, sur quels critères se baser pour l’achat de son bois de chauffage ?

Les essences de bois de chauffage à privilégier ?

L’un des premiers paramètres qu’il est important de prendre en compte pour choisir son bois de chauffage est l’essence. En effet, il existe une multitude d’essences et par conséquent le choix ne doit pas être fait au hasard, car chaque essence a ses caractéristiques.

Les principales essences des bois de chauffage sont : les feuillus durs, les bois intermédiaires, les feuillus tendres et les résineux.

1. Les feuillus durs

Les feuillus durs sont les bois de chauffage les plus durs que vous puissiez trouver sur le marché. Ils sont considérés comme étant la meilleure option en matière de chauffage, et cela, pour plusieurs raisons.

La première est leur pouvoir calorifique supérieur à celui de toutes les autres essences de bois chauffage. De plus, les feuillus durs ont des fibres très denses, ce qui leur permet d’avoir une durée de plus combustion plus importante. Ils libèrent beaucoup de chaleur et brûlent doucement dans la cheminée.

Parmi les essences considérées comme des feuillus durs, on peut citer le chêne, l’érable, le hêtre, l’orme, le charme ou le frêne.

2. Les bois intermédiaires

Principalement composés d’essences d’arbres fruitiers, les bois intermédiaires possèdent également un bon pouvoir calorifique. Par ailleurs, ce sont des essences dont la combustion va dégager de bonnes odeurs dans la maison. Comme bois intermédiaires, on peut faire mention du châtaignier, du merisier, de l’acacia…

3. Les feuillus tendres

Dotés d’un pouvoir calorifique moins important, les feuillus tendres (bouleau, platane, peuplier) s’enflamment néanmoins très bien. Ils sont bien adaptés lorsque vous souhaitez réchauffer le foyer très rapidement. Par contre, ils ne tiennent pas longtemps et encrassent plus rapidement votre appareil.

Ils ont donc l’inconvénient d’entraîner des coûts d’entretien supplémentaires. Les feuillus tendres sont par ailleurs parfaits pour démarrer un feu.

4. Les résineux

Les résineux font référence aux arbres tels que le mélèze, les sapins, le cèdre, l’épicéa, le cyprès ou le pin. Ces essences brûlent plus vite parce qu’elles sont moins denses et par conséquent, leur pouvoir calorifique est plus faible.

De plus, il faut préciser que la combustion des résineux génère des étincelles et nécessitera donc plus d’attention si vous disposez d’une cheminée sans insert. Pour finir, vous devez savoir que la résine produit pas mal de dépôt pendant sa combustion et cela est susceptible d’encrasser plus vite les conduits de la cheminée. De fait, votre appareil devra aussi être nettoyé plus régulièrement.

Le bois de chauffage est par ailleurs disponible sous forme de bûches compressées ou de pavés. Rendez-vous sur bois-brazeco.com pour avoir de plus amples informations sur chacune de ces formes de bois.

Le taux d’humidité ou de séchage du bois

Le second aspect auquel vous devrez porter une attention particulière est le taux d’humidité ou de séchage du bois. C’est vrai que l’essence est un point essentiel, mais il ne fait pas tout lorsqu’il est question de bois chauffage.

En effet, l’humidité est très importante, car plus un bois est sec, mieux il brûle et plus il produit de la chaleur. Avant d’être coupés, les arbres contiennent entre 30 et 100% d’humidité. Ce taux baisse après la coupe surtout si les conditions de séchage et de stockage sont optimales.

Le taux idéal en terme d’humidité pour un b ois de chauffage doit être compris en 15 et 20%. Un pareil taux permettra à votre bois de chauffage d’avoir un bon rendement calorifique et une bonne combustion.

En matière de bois chauffage, il existe trois catégories de séchage : bois sec, mi-sec et vert.

  • Un bois sec a un taux d’humidité inférieur à 23%. Pour reconnaître les bois de cette catégorie, il faut vous assurer d’entendre un bruit sec lorsque vous frappez deux bûches l’une contre l’autre. Notons que les bois fendus ou de section plus petite sèchent plus rapidement que les grosses bûches.
  • Un bois mi-sec a un taux d’humidité compris entre 25 et 40%. Pas encore assez sec, il nécessite encore quelques mois pour atteindre un taux d’humidité inférieur à 23%. Les bois mi-secs ont un pouvoir calorifique moyen.
  • Un bois vert ne doit pas être brûlé en l’état, parce qu’il est encore très humide (taux d’humidité supérieur à 40%). En plus d’un pouvoir calorifique faible, il n’est pas recommandé de brûler le bois vert, car il encrasse plus vite le foyer et produit beaucoup de fumée. Cela peut donc avoir des conséquences sur la santé, mais également sur l’environnement, car cette combustion produit plus de gaz à effet de serre que celle d’un bois sec.

Quelle est l’origine du bois ?

Il n’est pas toujours aisé de distinguer les différents types de bois. Alors, afin de faciliter la tâche du consommateur lors de l’achat du bois de chauffage, des normes et labels ont été mis en place.

Ces normes existent pour réglementer le secteur de la vente de bois de chauffage et assurer l’acheteur quant à la qualité de ce dernier. Ainsi, on peut distinguer trois normes :

  • Le label PEFC faisant référence au Programme de reconnaissance des certifications forestières vise à garantir que le bois de chauffage provient de forêts durablement gérées ;
  • Le label FSC (Forest Stewarship Council) sert également à certifier la gestion durable et l’exploitation raisonnée des forêts dont provient le bois de chauffage ;
  • La norme NF Bois de Chauffage sert par contre à certifier que les normes internationales, européennes et françaises sont respectées au niveau des critères de qualité. Elle sert aussi de baromètre quant au niveau de séchage des essences de bois de chauffage.

Les normes de certification sont très importantes, car, comme expliqué précédemment, tous les bois ne se valent pas. Ces critères évaluatifs permettent de rassurer sur la qualité du matériau.

Les dimensions du bois

Autre critère sur lequel vous devez vous pencher, les dimensions du bois sont surtout liées à votre foyer. Les longueurs disponibles varient généralement entre 20 et 50 cm. Cela dit, vous devez aussi savoir que les dimensions ont un impact sur le prix d’achat du bois de chauffage.

En effet, plus les bûches sont courtes à la vente, plus elles auront nécessité de travail et par conséquent de main d’œuvre. De fait, elles vous reviendront plus chères. Alors pour ne pas faire exploser les coûts, vous pouvez acheter du bois de bois qualité et le découper vous-même à l’aide d’une scie ou d’une tronçonneuse.

Où se procurer du b ois de chauffage ?

En France, vous n’êtes pas sans savoir qu’il est interdit de ramasser du bois dans la forêt. À moins d’être un propriétaire forestier qui produit son bois lui-même, vous êtes obligé de vous tourner soit vers des professionnels forestiers soit vers des professionnels du bois de chauffage.

En dehors de ces professionnels du bois, voici quelques endroits où vous pourrez acheter du bois de chauffage :

§ L’Office National des Forêts (ONF) qui s’associe avec les producteurs locaux pour la vente de bois de chauffage de qualité ;

§ Les stations à essence ;

§ Les magasins à bricoler ;

§ Les sites de vente en ligne tels que Amazon, Cdiscount, Brazeco,…