Comment travailler tout en étudiant ?

Publié le : 09 juin 20214 mins de lecture

Les étudiants sont presque toujours à court d’argent. Pour pouvoir se permettre cela et d’autres choses, deux étudiants sur trois travaillent. Parce qu’ils doivent le faire ou parce qu’ils le veulent, ou pour les deux raisons. Si vous gagnez trop, vous finirez par en payer le prix.

A. Les étudiants peuvent travaillent à domicile

Les parents fournissent la majorité du financement des étudiants. Selon l’enquête sociale de l’Union des étudiants, 87 % des étudiants reçoivent de l’argent de leurs parents. Le travail à domicile suit en deuxième position. Deux étudiants sur trois le font. C’est ce qu’a déclaré le porte-parole de presse du travail étudiant sur demande. Les raisons de travailler sont nombreuses. Certains le font parce que l’argent ne suffit pas, seul, un tiers des étudiants reçoivent le Bafög. D’autres travaillent parallèlement à leurs études pour acquérir une expérience professionnelle. De cette façon, ils apprennent à connaître les tâches, les secteurs et les entreprises. Et d’autres encore combinent les deux : gagner de l’argent et peut-être trouver un futur employeur.

B. Règles que les jobbers doivent suivre

Tous les salariés, y compris les étudiants, sont exonérés des cotisations de sécurité sociale pour les emplois, mineurs. Les mini-jobbers ne doivent pas payer les assurances maladie, soins, retraite et chômage. Les mini-jobs sont considérés comme des emplois marginaux si les revenus mensuels sont inférieurs à 450 euros ou si l’emploi est de courte durée. La relation de travail peut alors durer au maximum trois mois ou 70 jours. La différence entre ces deux types d’emploi est qu’un emploi faiblement rémunéré est exercé régulièrement et que l’emploi à court terme est exercé occasionnellement. Si un stage est exigé par le règlement des études, les étudiants ne doivent pas payer de cotisations de sécurité sociale. Et ce, indépendamment du montant de leur salaire, de la durée de celui-ci et du nombre d’heures de travail hebdomadaire. Les stages volontaires sont traités comme un mini-emploi. Les étudiants qui travaillent ont un privilège.

Ceux qui ne travaillent pas plus de 20 heures par semaine dans un emploi à temps partiel pendant la période de cours et qui ont un contrat de travail étudiant à cet effet ne doivent cotiser qu’au fonds de pension. Ils sont exonérés des autres assurances sociales, quels que soient leurs revenus et la durée du stage. Les bénéficiaires du Bafög ne sont pas autorisés à gagner de l’argent pendant la période de subvention. Tout ce qui dépasse ce montant sera déduit du montant de la subvention. L’impôt sur le revenu ne doit être payé que par ceux qui gagnent plus d’euros par an. Cette limite est appelée le montant de base exonéré d’impôt. Les étudiants ne doivent pas payer d’assurance-maladie et de soins de longue durée tant qu’ils ont moins de 25 ans. Jusque-là, ils sont coassurés dans l’assurance-maladie légale de leurs parents sans avoir à payer de cotisations. Si les deux parents sont assurés à titre privé, l’étudiant doit également souscrire une assurance privée. Il existe toutefois des tarifs spéciaux et particulièrement favorables pour les étudiants.

Plan du site