L’isolation par l’extérieur en pratique : étapes clés et matériaux

Publié le : 14 septembre 20237 mins de lecture

L’isolation thermique par l’extérieur est la solution recommandée pour tous ceux qui désirent rénover leur maison et la rendre plus économe en énergie. Cette pratique consiste à recouvrir le bâti d’un matériau isolant, tout en limitant l’apparition des ponts thermiques, sources de déperdition de chaleur, en hiver. Bien isolée, la demeure devient plus confortable et agréable. Quelles sont les étapes-clés à respecter pour isoler correctement un bâtiment par l’extérieur ? Qu’en est-il des matériaux nécessaires ? On vous apporte des réponses.

Isolation par l’extérieur avec enduit ou bardage : des techniques différentes

Il existe différentes façons d’isoler un bâtiment par l’extérieur comme l’on peut s’en rendre compte sur le site lamaisondestravaux.com.

Les deux manières les plus connues sont :

  • l’isolation avec enduit
  • l’isolation avec bardage de bois

Ces deux techniques possèdent des points communs. Toutes deux nécessitent la pose d’un matériau isolant qui va être recouvert pour parfaire l’isolation de la maison. Elles diffèrent, cependant, sur plusieurs points.

Si le matériel employé pour isoler les murs peut être le même dans les deux cas, il ne s’applique pas de la même manière. Le bardage de bois offre un aspect plus naturel dans la finition que l’enduit et vient renforcer la protection des façades sur lesquelles il est fixé, car il possède lui-même des propriétés isolantes.

En ce qui concerne les coûts du chantier, il faut savoir qu’isoler avec un bardage se révèle plus onéreux.

Les performances d’une isolation extérieure ne dépendent pas uniquement du matériel de couverture choisi. Elles sont liées également aux techniques de pose employées, à la qualité de l’isolant sélectionné et à l’attention portée aux finitions.

Bien préparer son chantier

La préparation du chantier est une étape-clé de la pose d’une isolation thermique par l’extérieur. Avant d’installer les échafaudages, il est important de définir la matière qui va servir d’isolant et la commander. Laine de verre, laine de roche, fibre de bois, polystyrène expansé : plusieurs solutions sont disponibles. Le budget alloué et les finitions choisies déterminent généralement le matériau qui convient le mieux.

Comprendre où se situent les principaux ponts thermiques du bâti à isoler est fondamental. Tous ces endroits vont nécessiter une vigilance particulière et participer à arrêter une décision sur l’épaisseur de l’isolant choisi.

Filmer les portes et les fenêtres est l’étape suivante. De cette façon, les travaux ne nuisent pas à leur propreté. Ils sont protégés et ne peuvent pas s’abîmer. Gouttières et descentes des eaux sont démontées, afin que l’accès aux murs soit le plus facile possible. Mettre en place des descentes de tuyaux temporaires est une bonne idée, si l’on se trouve dans une région pluvieuse. Cela évite la survenue d’écoulements sur la façade.

Le chantier se poursuit par l’installation des rails de départ. Ils sont indispensables pour stabiliser l’assemblage des panneaux d’isolant. Ils s’accrochent à l’horizontale sur les murs, de manière solide. Une isolation extérieure n’est jamais accrochée au sol. Elle se trouve toujours légèrement surélevée.

Les panneaux d’isolant peuvent maintenant être découpés. C’est une étape essentielle qui conditionne la réussite du projet. Si les panneaux d’isolant sont bien joints et posés, le système global a de bons résultats. Les ponts thermiques sont presque inexistants.

Poser l’isolant et la finition choisie

Il est, désormais, temps d’installer les panneaux sur les murs extérieurs de la maison, en suivant les rails. Il est recommandé, à ce stade, de coller et de fixer mécaniquement chaque panneau. La colle choisie pour cette étape doit correspondre à l’isolant sélectionné. Tous les morceaux doivent être assemblés en quinconce. C’est la meilleure manière d’éviter de futures fissures dans l’isolation par l’extérieur. Les périmètres des ouvertures et les angles des murs peuvent poser des problèmes. Il est essentiel d’analyser chaque angle avant de poser les panneaux.

Des fixations mécaniques viennent ensuite renforcer l’ensemble. Elles réduisent les risques de dégradation de l’isolation, en cas de mauvais temps ou de vent. Des chevilles à visser ou à frapper sont requises pour cette étape. Chacune d’elles doit ensuite être recouverte avec une rosace, dans le but d’éviter la création de ponts thermiques.

Une toile en fibre de verre vient s’ajouter pour renforcer l’isolant. Elle est indispensable, si l’isolant choisi est du polystyrène. Ce matériau fragile a tendance à se dégrader vite. Des bavettes et des baguettes finalisent le tout. Grâce à elles, l’isolant ne peut plus bouger et les portes et fenêtres restent étanches.

C’est le moment de s’atteler à la dernière étape du travail : l’enduit. Elle se décompose en deux phases :

  • une sous-couche
  • une finition (en deux étapes)

La sous-couche et le premier enduit s’appliquent au pinceau. Ils doivent être de la même couleur. Si l’on a choisi une finition avec enduit, une dernière couche est posée. Elle est esthétique et vient apporter un coup d’éclat à la façade. Si le bardage est retenu, c’est le moment de le poser sur l’ensemble des élévations. Différentes solutions sont possibles : à chacun de découvrir celle qui lui convient le mieux.

L’isolation est désormais achevée, mais avant de quitter le chantier, il ne faut pas oublier de fixer à nouveau les gouttières, les prises, les volets, etc. Tous les éléments, qui ont été retirés pour faciliter l’accès aux murs, doivent maintenant être remis afin que la maison retrouve un air pimpant.

Plan du site