Le crédit consommation : ce qu’il faut savoir avant de s’engager

crédit consommation

Publié le : 16 janvier 20248 mins de lecture

Fort tentant lorsque vous avez besoin de fonds pour acheter un appareil, régler des factures ou payer un service, le crédit conso reste un prêt aux conditions bien définies. C’est-à-dire qu’il n’est pas octroyé à n’importe qui, et qu’il engage l’emprunteur au remboursement de mensualités jusqu’à la dernière échéance prévue. Avant de vous lancer dans la souscription de ce produit bancaire particulièrement bien vendu par les organismes prêteurs, attardez-vous sur les points essentiels du prêt. En quoi consiste-t-il, pour quels usages est-il prévu, et que faut-il savoir à son sujet avant de signer l’offre définitive ?

Ce que vous devez savoir sur le crédit à la consommation

Un prêt conso s’adresse exclusivement aux particuliers. Son objectif est surtout de permettre le financement d’achat de biens, parfois de services. En l’occurrence, il peut concerner l’investissement dans un lave-vaisselle, un ordinateur ou une voiture, mais pas dans un appartement. Il existe en fait plusieurs types de crédits, aux conditions variables. Bien connaitre les différences entre les offres vous permettra de faire votre choix de façon avisée.

Le crédit affecté s’oppose en premier lieu au prêt libre d’usage. Lors de l’achat d’un bien par ce biais, l’argent ne se retrouve jamais sur le compte de l’emprunteur. Il est versé directement au vendeur, et les remboursements sont mis en place à partir de la date d’achat. Les prêts non affectés procurent davantage de liberté dans l’utilisation de l’argent. Les fonds sont placés sur le compte personnel de l’emprunteur, qui peut les dépenser selon ses envies et besoins. Le troisième type de crédit consommation est appelé renouvelable ou revolving. Également sans affectation, il se reconstitue au bout de quelques échéances et permet à l’emprunteur de réutiliser l’argent sans devoir effectuer de nouvelle demande. La banque propose souvent une carte de crédit associée au produit pour en faciliter l’usage.

En ce qui concerne les remboursements des prêts personnels ou affectés à des biens, le capital emprunté est réparti en échéances mensuelles. Chacune est généralement identique, fixée à l’avance, et comprend à la fois une part de capital et des intérêts. La durée du remboursement varie selon le montant emprunté et en fonction du prix des mensualités : plus le délai est long, plus le capital est réparti et moins les échéances sont élevées. Vous voulez approfondir le sujet ? Réalisez votre propre simulation en suivant ce lien et découvrez quel type de prêt est le mieux adapté à votre situation.

L’évaluation de vos capacités financières, une nécessité avant l’engagement

Ce n’est qu’en disposant d’un aperçu précis et exact de vos capacités de remboursement que vous saurez combien d’argent vous pouvez emprunter. Il ne suffit pas de se dire « je vais réduire mes dépenses pendant quelques mois » ou « j’aurai sûrement plus d’argent une fois que j’aurai ce prêt ». Il est essentiel d’avoir des garanties sûres vérifiées avec des chiffres concrets. Le montant de vos échéances de crédit à la consommation ne consistera pas seulement en la somme du crédit réparti sur tant et tant de mois. Des intérêts s’y rajoutent, et parfois des frais d’assurance, de dossier ou d’options. Vous n’aurez donc une idée du coût total du prêt qu’en effectuant des simulations et des demandes de devis. À côté de cela, budgétisez vos dépenses et vos revenus pour dégager les fonds que vous pouvez allouer aux remboursements chaque mois, en prévoyant une petite marge pour les imprévus. Cette somme tampon sera plus conséquente si vous n’avez pas d’épargne faisant office de fonds d’urgence.

Le choix du montant à emprunter dépend d’une part de vos projets. Quels achats, quelles dépenses allez-vous financer avec cet argent ? Lorsque cela est possible, il est judicieux de régler une partie de l’achat avec vos propres fonds pour réduire le montant emprunté. Ainsi, le crédit occasionne moins d’intérêts, ou bien vous pouvez choisir des mensualités plus faibles. Il est parfois tentant d’emprunter une somme supérieure aux besoins réels, « au cas où ». Cette solution présente un intérêt si, par exemple, vous faites des travaux et que vous voulez vous octroyer un bonus pour la décoration ou l’ameublement. En revanche, elle s’avère plus coûteuse et doit être mûrement étudiée.

Prenez vos précautions avant de souscrire un crédit consommation

Lors de la souscription finale de votre crédit conso, prenez le temps de lire chaque ligne du contrat établi. C’est généralement plus simple quand la procédure se déroule sur Internet car vous ne subissez aucune pression pour signer rapidement. Mais le recours à un conseiller physique a ses avantages. Il peut vous expliquer les termes ou les conditions que vous avez du mal à vous représenter. En détaillant votre offre, vous devriez prêter attention aux frais appliqués en cas de retard de paiement, et les possibilités qui vous sont laissées pour rembourser le fonds de manière anticipée. Même si, dans l’immédiat, il vous semble inconcevable de procéder ainsi ou de rater des échéances, il peut se passer beaucoup de choses aux cours des prochains mois. Être avisé des répercussions de votre situation sur le prêt vous permettra d’en tirer parti en vous montrant proactif.

N’oubliez pas que la réglementation française prévoit un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires. Le prêt ne vous semble finalement plus adapté à vos besoins ? Vous avez découvert une condition qui vous freine ? Vous préférez passer par un autre moyen de financement ou renégocier votre taux d’intérêt ? Remplissez le formulaire de rétractation adjoint au contrat et envoyez-le à l’organisme concerné par courrier recommandé avec accusé de réception. En l’absence d’action de votre part, les fonds sont débloqués à l’issue de la période de 14 jours et vos échéances se mettent en place conformément aux dispositions prises.

Il existe quelques alternatives au prêt personnel, à étudier si vous ne pouvez pas obtenir de crédit ou que l’offre ne vous plait pas. L’épargne personnelle est toujours préférable, mais elle nécessite un temps beaucoup plus long pour atteindre les fonds nécessaires à la subvention du projet. En retour, vous n’aurez ni intérêts, ni dettes. Le prêt entre particuliers, plus flexible, peut aussi vous aider à compléter votre apport. Plus spécifiquement chez chaque commerçant, des crédits sont proposés pour payer en plusieurs fois un gros achat avec des frais moins élevés.

Plan du site