Le rachat d’un bien squatté : comment ça marche ?

squat

Publié le : 24 janvier 20235 mins de lecture

On parle de bien squatté lorsqu’il est occupé par des individus qui n’ont pas obtenu le consentement du propriétaire, c’est-à-dire qu’ils s’installent de manière illégale. Par conséquent, il n’y a pas de bail. Cependant, ils disposent des mêmes droits que les locataires. Ainsi, la procédure d’expulsion est longue et chronophage. Quelle est la meilleure squat solution ? Quelles sont les démarches à suivre ?

Quels sont les avantages du rachat d’une maison squattée ?

L’expulsion des squatteurs peut prendre des mois, voire même des années. Dans les cas les plus graves, le propriétaire n’arrive même plus à obtenir gain de cause. Il se retrouve alors dans une situation difficile, car il ne peut ni habiter ni mettre en location sa maison. Les procédures à suivre sont aussi complexes et éprouvantes. En plus de cela, le bien squatté subit de nombreuses dégradations qui risquent de s’aggraver au fil du temps. La meilleure option est donc le rachat d’une maison squattée.

Vous pouvez actuellement trouver facilement en ligne sur squatsolutions.com une entreprise spécialisée pouvant s’occuper de toutes les procédures. Elle propose en général des solutions fiables et rapides afin de répondre aux attentes des propriétaires des biens squattés. En passant par un expert, ils auront l’assurance de recevoir le montant convenu après la signature de l’acte authentique. D’ailleurs, ils n’auront plus à se soucier des dépenses nécessaires pour la procédure d’expulsion et la remise en état. Les frais sont normalement à la charge de l’entreprise. Enfin, le propriétaire peut se tourner vers la vente à réméré. Dans ce cas précis, il peut récupérer sa résidence sous conditions dans un délai limité.

Rachat d’un bien squatté : quelles sont les procédures à suivre ?

Il est tout à fait possible de racheter un bien squatté. Pour faciliter les démarches, il est conseillé de faire appel à une société spécialisée dans ce domaine. Cette dernière dispose des compétences nécessaires pour analyser l’offre et évaluer le montant à prévoir pour les travaux de remise en état. C’est donc la meilleure squat solution. Elle saura aussi estimer sa juste valeur afin que vous puissiez vendre le logement à un prix avantageux.

Si la résidence plait au prestataire et que vous êtes d’accord avec le tarif proposé, vous pouvez passer à la signature du contrat de définitif chez le notaire. Attention ! Il n’y a pas de clauses suspensives comme dans le cadre d’une vente classique. Dans le cas où une partie se rétracte, une indemnisation peut être réclamée par l’autre partie.

Si le processus se déroule normalement, le nouveau propriétaire peut expulser les squatters après un délai d’attente de trois mois. Il faut néanmoins recourir à une procédure judiciaire en saisissant le Tribunal de grande instance. Il est aussi recommandé de mettre en place des systèmes de sécurité efficaces pour éviter que la maison ne soit squattée à nouveau. Avant la revente, des travaux de restauration sont souvent indispensables pour donner un coup de neuf au bâtiment et séduire les acquéreurs potentiels. C’est aussi un excellent moyen pour augmenter sa valeur vénale.

Comment évaluer le prix du rachat ?

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour calculer le prix de rachat d’une maison squattée. D’abord, des agences immobilières partenaires de l’entreprise se déplacent sur place afin d’estimer sa valeur actuelle et de calculer le montant des travaux à prévoir. Sachez aussi que la durée d’occupation des squatteurs et le temps nécessaire pour les expulser peuvent impacter sur le prix. De ce fait, ne vous attendez pas à ce que l’entreprise offre un prix équivalent à un bien classique. Si la squat solution proposée vous convient, passez immédiatement à la signature du compromis de vente. Attention ! Ce document vous engage en même temps que l’acheteur. Il faut donc respecter vos engagements.

Plan du site