Les femmes à des postes de direction dans la force de vente

Le quota de femmes dans les conseils de surveillance est une affaire réglée, mais combien de femmes font réellement partie de la force de vente de R V ? Bien que la proportion de femmes dans notre entreprise soit déjà supérieure à la moyenne du secteur, nous voulons l’augmenter encore, notamment aux postes de direction. Cette idée a été lancée lors d’un atelier sur le thème “Les femmes dans la gestion des ventes”.

L’accent a été mis sur la question fondamentale de savoir comment attirer davantage de femmes dans le secteur de la vente en général et dans les postes de direction en particulier. En outre, l’atelier a servi de plateforme d’échange d’expériences et a donné l’occasion de créer des réseaux.

Outre les responsables féminins de la force de vente sur le terrain de R V, des invités étaient également présents : d’une part, M. Oliver Baldus, directeur de la succursale de Berlin, dont l’équipe de direction est composée pour moitié de femmes et compte ainsi la plus forte proportion de femmes à l’échelle nationale. D’autre part, le professeur Gabriele Zimmermann, de l’Institut des assurances de l’Université des sciences appliquées de Cologne, qui a présenté les résultats de son étude “Les femmes dans la vente d’assurances, qu’en disent les clients privés ?

Deux participants nous font part de leurs impressions sur l’atelier : Inga Gauer, responsable de la coordination des ventes à Hambourg, et Cathrin Rittmeister, directrice de district à Berlin.

Quelles étaient vos attentes vis-à-vis de l’atelier et ont-elles été satisfaites ?

Gauer : Je m’attendais à ce que le thème des femmes dans la vente soit traité de manière raisonnable et objective, tant en général qu’en ce qui concerne les postes de direction en particulier. Il était également important pour moi que cet atelier ne soit pas un “événement symbolique”. Ces attentes ont été pleinement satisfaites.

Qu’avez-vous aimé – qu’avez-vous moins aimé ?

Rittmeister : Les discussions animées, les présentations techniques et l’appréciation par la présence de la direction de la division et du conseil d’administration ont été positives. Cependant, le temps était malheureusement très limité et les discussions étaient parfois trop clichées en raison de la comparaison constante entre les hommes et les femmes.

Gauer : J’ai vraiment apprécié l’échange, le fait de connaître d’autres femmes responsables des ventes et le travail constructif. La première, en particulier, est malheureusement souvent négligée dans la pratique professionnelle.

Qu’est-ce qui vous a surpris ?

Rittmeister : L’ouverture de la direction et l’intérêt de l’entreprise à développer davantage de femmes dans les postes de direction et dans la vente en général.

Gauer : J’ai été surpris par le grand nombre de mesures visant à améliorer la situation qui ont été élaborées lors de l’atelier. C’est formidable de voir la quantité de résultats qui proviennent de tant de perspectives différentes.

Qu’est-ce qui va probablement changer à l’avenir dans la coopération avec les collègues ?

Rittmeister : Je ne m’attends pas à ce que quelque chose change directement dans mon travail quotidien. À l’avenir, cependant, je pense que toutes les femmes occupant des postes de direction bénéficieront des mesures élaborées lors d’un tel atelier.

Quels conseils donneriez-vous à d’autres femmes (jeunes managers) ?

Gauer : Faites-le ! Ayez du courage ! Ne vous demandez pas constamment si ce que vous faites, pourriez faire ou aimeriez faire est la bonne chose à faire !

Vous êtes intéressé par une carrière dans le service extérieur chez R V ? Pour en savoir plus sur les postes vacants, consultez notre page d’accueil consacrée aux carrières.