Qu’est ce qu’un bachelor ?

Publié le : 09 juin 20216 mins de lecture

Selon le système LMD, un bachelor est un diplôme bac + niveau 3 et nécessite la vérification de 180 crédits ECTS. Les écoles de commerce proposent généralement (mais pas exclusivement) ce type de service. Il se distingue d’un diplôme universitaire par son approche internationale et son niveau de spécialisation particulièrement élevé. D’origine anglo-saxonne mais il est entré en France, étant donné qu’il a été imité par des étudiants français qui souhaitent une insertion professionnelle rapide et répondent à leurs ambitions. Ce cours vous permet d’obtenir un diplôme bac + niveau 3.En plus d’attirer les étudiants, le bachelor fait également appel aux recruteurs qui garantissent qu’ils peuvent démarrer leur entreprise immédiatement et comprendre la réalité locale, ce qui ne nécessitera pas un investissement excessif en formation; l’un des principaux facteurs de l’environnement économique Des atouts, il jure en optimisant les ressources et en rationalisant les dépenses!

Quelles différences entre une licence et un Bachelor ?

Licence et Bachelor sont deux diplômes de niveau Bac+3, qui peuvent ouvrir à des études de niveau Bac+5, mais il existe des différences notables entre les deux :

-La Licence est délivrée par une université d’Etat, tandis que le Bachelor est délivré par une école privée.
-Le Bachelor se veut plus professionnalisant et plus tourné vers l’international.
-Les spécialités que l’on peut étudier en licence et en Bachelor ne sont souvent pas les mêmes. Il est plus probable de voir un étudiant en commerce ou en marketing poursuivre un Bachelor plutôt qu’un étudiant en lettre, par exemple.

En Bachelor, deux mots d’ordre : professionnalisation et internationalisation !

Le programme pédagogique proposé est en effet dominé par le concret, et les matières transversales sont tournées de manière à servir la professionnalisation. Les longs mois de stage, l’alternance et les immersions professionnelles fréquentes viennent par ailleurs appuyer cette orientation. S’il permet également de poursuivre vers un Master 1, le Bachelor est avant tout pensé pour favoriser la prise de fonction dès la sortie de l’école dans des secteurs aussi variés que le commerce, la communication, l’informatique ou les métiers de l’art, de la mode, du tourisme, etc.

L’objectif est clair : permettre à l’étudiant de trouver un emploi le plus rapidement possible au terme de ses études.

Aujourd’hui, les PME sont très friandes des profils issus d’un programme Bachelor car ils arrivent sur le marché de l’emploi avec une solide connaissance des réalités de l’entreprise, armés d’un sens de la débrouillardise, d’une autonomie et d’une tendance à la polyvalence qui ne laissent pas les professionnels indifférents. Toutefois, si la plupart des étudiants n’hésitent pas à s’aventurer dans le marché du travail après l’obtention de leur diplôme, d’autres à l’inverse préfèreront poursuivre leur formation vers un bac+5 pour se spécialiser davantage et prétendre à un poste de responsabilité.

D’un autre côté, le Bachelor trouve tout son sens dans la mondialisation du marché du travail qui propulse le bilinguisme et l’interculturel au rang de facteurs clés de succès. S’il est plébiscité par les étudiants et les recruteurs, c’est qu’il répond avec brio à cette contrainte en mettant l’accent sur l’enseignement des langues étrangères via des séjours linguistiques, des matières de spécialité enseignées en anglais et des activités parascolaires qui favorisent la diversité.

Bachelor : priorité au terrain

Faire fi de la dichotomie entre la sphère académique et le monde de l’entreprise. C’est également l’un des défis majeurs que le cursus a su relever avec brio ! Et cela se voit tout de suite à travers la nature et la qualité du programme de formation proposé. En effet, quelle que soit la filière choisie par l’étudiant, les stages arrivent très vite, souvent dès la première année du cursus. D’un autre côté, il existe également la possibilité de réaliser son Bachelor en alternance, ce qui permet de partager le temps de formation entre les enseignements théoriques en classe et les expériences professionnelles en entreprise. Cette option constitue également une excellente alternative au financement propre des études, dans la mesure où l’alternance permet une prise en charge des frais d’inscription par l’entreprise d’accueil. En plus, l’étudiant bénéficie d’une rémunération et d’une expérience qui, à coup sûr, agiront favorablement sur son employabilité.

Plan du site